Le projet AteCop

Le carnet d’hypothèse AteCop a pour objectif la publication des résultats de recherches lors du séminaire organisé conjointement par Laurent Guillo (Centre de musique baroque de Versailles) et Pascal Denécheau (IREMUS UMR 8223 du CNRS) en 2020-2021. Ce séminaire a pour objectif l’étude des premiers ateliers de copistes français de musique, pour une période allant du règne de Louis XIV jusqu’en 1730.

À côté des imprimeurs et des graveurs, les copistes sont des maillons essentiels de la production des sources musicales. Leur rôle est incontournable pour deux types de sources : la diffusion des œuvres qui ne sont pas ou pas encore imprimées, ou plus disponibles, et la confection des parties séparées. Les copistes peuvent travailler dans un atelier très productif (celui de Philidor et Fossard en est l’exemple typique) ; ils peuvent à l’inverse être des copistes occasionnels, chargés de préparer l’exécution d’une œuvre en en copiant la partition et les parties séparées, voire en ajoutant les parties intermédiaires de l’orchestre. Leur production peut s’inscrire dans une visée commerciale (comme chez Foucault et Loulié) ou dans une ambition mémorielle. Jusqu’ici, leur production a surtout été considérée par le biais des études sur les collections musicales ou dans l’étude des sources d’un compositeur dont on prépare une édition critique.

Le travail des copistes est d’autant plus difficile à apprécier que leurs copies sont rarement signées ni datées, de sorte que leur identification est parfois difficile. La recherche de leurs copies requiert de prendre en compte des sources plus ou moins dispersées, jusque dans des collections étrangères. Leur étude nécessite une reconnaissance des graphies qui fait actuellement l’objet de projets informatiques utilisant les outils de l’intelligence artificielle. Outre la graphie elle-même, leur travail peut être qualifié avec les outils de la codicologie (papiers, collation, reliure…) comme de la rastrologie (mise en page, mesures, encres…).

L’ambition de ce séminaire est de revitaliser la recherche sur les premiers ateliers de copistes sur une période qui va de Lully jusque vers 1730, avant l’ère ramiste (pour laquelle on dispose déjà d’un répertoire de copistes issu des travaux de l’IReMus sur les œuvres complètes de Rameau). Autant que possible, il s’agira de considérer les copistes pour eux-mêmes, de mieux les identifier, d’examiner et de baliser certaines de leurs productions, comme de faire le point sur les aspects économiques, commerciaux et culturels de cette activité. L’activité des copistes étrangers qui travaillent sur la musique française sera prise en compte.